jeudi 19 mars 2009

Petite analyse de crédit usurier

Voici un extrait d'une vidéo tirée de dailymotion (vidéo originale ici) traitant de la distinction entre l'intérêt et l'usure.

La partie qui nous intéresse ici donne l'exemple de ce que coûte ce qu'on appelle le "crédit revolving", du genre de ceux que vantent Sofinco, Cofidis, Mediatis, et j'en PASS.

J'ai pas besoin d'en rajouter des masses, la vidéo parle d'elle-même.

video

jeudi 12 mars 2009

Petite perle radiophonique...

C'est passé ce matin sur RMC, pour une fois le père Bourdin, il a pas moufté.
Mais ça se comprend qu'il ait pas moufté. Pas parce qu'il avait pas de contre-argument.
Mais parce qu'un truc pareil qui passe en direct, ça vaut de l'or, l'audimat personnel a du exploser pendant quelques minutes car ça a rameuté du p'tit entourage au poste radio à ce moment-là.



J'ai pas grand'chose à ajouter, à part peut-être qu'il faut arrêter de nous sortir la soupe moisie comme quoi en laissant couler les banques, on laisse couler les comptes en banque des gens, des conneries tout ça : un établissement qui coule est illico repris par un autre, trop content de faire une bonne affaire : il suffit de voir comment BNP Paribas s'est jeté sur Dexia. Croyez-vous que ça a changé quoi que ce soit pour ceux, une immense majorité, pour qui une banque n'est qu'un dépôt de salaire attendant de disparaître intégralement dans le mois (voire avant) et rien d'autre ?

Quand tu es endetté, si ton créancier disparaît (on parle d'une personne morale évidemment, pour une personne physique, ça se passe pas tout à fait de la même façon, demandez à Dédé l'Etrangleur à Marseille), son repreneur revient à la charge, et il a raison : une dette a de la valeur. Ca ne me choque pas. Mais du coup, qu'est-ce que c'est qu'un compte sur une banque, sinon de l'argent que le dépositaire confie à sa banque, même sans jouer au boursicoteur du dimanche avec, et qu'il veut ensuite récupérer tel qu'il l'a laissé, moyennant "petite" finance ? La banque coule, le passif de ses clients reste. Alors il me paraît normal que l'actif reste lui aussi. De toute façon il est virtuel, le plus gros de l'argent en circulation sur des ordinateurs de banques n'existe pas physiquement.

Un compte en banque ce n'est pas de l'argent, ce ne sont pas des espèces sonnantes et trébuchantes mais juste quelques champs dans une base de données, point-barre. plus, moins, débit, crédit, l'argent n'existe pas. Par contre, ce qui existe, c'est le pouvoir qu'il procure qui lui a des répercussions énormes et certains ont un pouvoir qui est démesuré, vraiment démesuré. On trouve incroyable de placer dans les mains d'un juge sorti de l'école le pouvoir de détruire des vies honnêtes par erreur, mais que dire d'un ponte du CAC40, qui n'a jamais été un entrepreneur mais au mieux un gestionnaire de fonds, qui par une décision VOLONTAIRE cette fois détruit des milliers et des milliers de familles, hommes, femmes et enfants ? Et le sourire aux lèvres avec ça, et en fond sonore BFM qui t'annonce que ça grimpe, ça grimpe.

Allez, j'arrête, j'ai un moral merdique en ce moment, il faut que je me change les idées...